Voyage au Mexique

Pourquoi n’ai-je jamais publié sur notre voyage au Mexique? Peut-être un peu de frustration, j’ai manqué de temps et de motivation pour sortir carnet et pinceau lors de ce voyage en groupe. Le côté positif, une ambiance sympathique, la connaissance d’un couple attachant venu s’exiler en Bretagne depuis leurs brumes du Nord.

C’était une découverte magnifique du pays, la rencontre avec notre guide Gabriela, enjouée, pleine d’humour, cultivée. Même les longs trajets en car étaient l’occasion d’en apprendre toujours plus, Gabriela était disponible et intarissable pour qui ne cédait pas à la fatigue (s’accordant quelques « roupillons » parfois bien mérités). Ses récits jamais rébarbatifs, bourrés d’anecdotes, elle a permis malgré l’importance de notre groupe, des échanges avec les locaux, femmes, enfants, artisans. Une petite extension au Guatemala où notre guide d’une journée, un fermier s’évadant occasionnellement de ses travaux agricoles a fait mon admiration…il parlait un français incroyable et ne l’avait appris que de façon orale en contact avec les touristes. Le tourisme ne se portait pas très bien alors, j’espère que depuis, les français ont retrouvé l’envie de découvrir le Mexique.

Après cette approche des civilisations mayas et aztèque, il me manquait celle des Incas, ce serait chose faite quelques années plus tard lors d’un voyage au Pérou inoubliable et magnifique…mais ça c’est une autre aventure…

Le tilleul du Grand Cuddil

J’avais commencé par un exercice, une interprétation colorée du tilleul à Aouste et pendant tout le temps passé à travailler sur ce paysage, je n’avais qu’une envie….le peindre dans mon propre style. Si j’ai pris plus de plaisir dans la 2ème réalisation, je ne saurais dire maintenant lequel je préfère.

Le Pérou, Arequipa.

Avant de nous rendre à très haute altitude, avant des treks à 4000 m, nous visitons la région d’Arequipa à 2300 m. Je ne sais pas encore ce qui m’attend. Quelques jours plus tard,  les maux de tête et nausées au passage d’un col. Pourtant, j’avais bien mâché mes boulettes de feuilles de coca enroulées autour d’un petit bout de chaux comme nous l’avait appris notre guide.

Les Iles Uros.

Etrange impression quand on débarque sur l’îlot, le sol est souple, très souple sous nos pieds. On nous explique la fabrication à partir d’énormes blocs de ce qui ressemble à de la tourbe mêlée de paille. Il faut sans cesse l’entretenir. Le Titicaca est parfois agité, avec des vents violents, l’île est donc arrimée pour ne pas risquer de dériver.

exercices

A l’acrylique sur papier toilé, deux exercices rapidement exécutés. J’avoue que sans le petit atelier associatif de l’ANFEM je me contenterais de mes carnets de voyages à l’aquarelle. Ces exercices m’obligent à faire autre chose, un paysage de neige, une mer agitée…