Maison de pêcheur.

Tous les étés de mon enfance, je les ai passés à Wissant, petit village du Pas de Calais, sur la côte qui ne s’appelait pas encore « d’Opale ». Les maisons de « mat’lots » étaient petites, les volets peints aux couleurs des bateaux. Les portes basses obligeaient à baisser la tête, les murs exposés aux intempéries étaient goudronnés, les mêmes pots de peinture et de bitume servaient donc pour l’habitat et pour la carène des flobarts. Les flobarts, bateaux de bois typiques de ce petit bout de côte étaient adaptés pour une mise à l’eau sur le sable. J’ai librement représenté la mer à l’horizon mais les pêcheurs ne construisaient pas à proximité de la plage, ils vivaient plus haut, à l’abri dans le petit bourg. 60 ans plus tard la nature donne raison aux anciens, la mer a gagné du terrain, la digue est attaquée, les dunes ne protègent plus les villas du bord littoral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.