A la volette.

Encore une vieille chanson traditionnelle française. J’ai fait des recherches sur le net pour en connaître l’origine…en vain.

« Mon petit oiseau a pris sa volée… »

Quand j’étais enfant, j’ai longtemps cru que le pauvre oiseau avait pris une « raclée ». Faut-il laisser l’imaginaire des enfants s’égarer, quitte à les laisser imaginer le pire, ou faut-il tout expliquer? Finalement, je ne demandais pas d’explications puisque je croyais avoir compris.

6 réponses à A la volette.

  1. Lazarus dit :

    Bonjour ! Selon ce pdf trouvé lors d’une recherche Google, la comptine daterait du 17ème siècle et proviendrait d’île de France sans plus de précisions…
    http://www.cndp.fr/fileadmin/user_upload/MUSIQUE-PRIM/pdf/755B0000_Chanson_Prim_Livretaccompa_E5.pdf

    Cordialement !

  2. Luce dit :

    Merci pour le renseignement, c’est sympa d’avoir pris le temps d’un petit commentaire….je n’avais pas trouvé grand chose non plus.

  3. lapinou dit :

    Comme toutes les chansons de l’époque, il faut l’écouter avec une oreille plus… plus « choses d’adultes ».
    Il existe quelques repères qui peuvent te mettre sur la voie de l’histoire:
    – « petit oiseau » qui est également une partie du corps humain
    – « a pris sa volée » pas besoin d’un dessin…
    – « sur un oranger », il s’agit là très probablement des orangers de la reine à Versailles (bah oui, y’en avait pas à tout les coins de rue à l’époque !)
    Nous pouvons alors d’hors et déjà très bien resituer l’histoire : une amourette de la cours trouve refuge sous les orangers pour quelques moments enflammés, mais soucis se produit… je te laisse écouter la suite avec une nouvelle oreille 😉

  4. Luce dit :

    Merci pour ces renseignements…croustillants comme bien souvent quand on recherche l’origine de comptines soit disant enfantines. Les paroles d' »au clair de la lune » ou de la « mère Michel » ne sont pas non plus destinées à d’innocentes oreilles!

  5. Volette dit :

    A force d’écouter de vieilles chansons, j’ai vu qu’il semblait y avoir une trame commune entre certaines chansons. Par exemple dans la chanson Franc-Comtoise « C’est derrière chez nous » http://www.chants-populaires-francais.com/textes5/C-est_derriere_chez_nous.html c’est l’histoire d’un cœur qui vole, qu’on appelle l’oiseau, il monte sur un arbre, une branche casse, l’oiseau est blessé…
    Si on change un peu le titre, on tombe sur « Derrière de chez mon père » une chanson bretonne, on retrouve un oranger sur lequel une jeune fille monte pour en cueillir les fruits, et à la fin c’est un malotrus qu’elle casse… https://canardbleu.fr/canard2014/spip.php?article184
    Et on peut aussi citer « Compère Guilleri » – qui monte sur un arbre, en tombe, se casse des chose et est soigné… on lit sur wikipédia que Guilleri était aussi le nom du petit oiseau de Louis XIII

  6. Luce dit :

    Eh oui….jamais anodines les paroles des comptines! J’espère sincèrement que ce patrimoine ne se perdra pas mais je vois que je ne suis pas la seule à m’y intéresser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.