L’empereur, sa femme et le p’tit prince.

Une vieille comptine du XIXème siècle.

C’est ainsi que j’imaginais la famille impériale quand j’étais enfant. L’empereur vient me « serrer la pince », quelle pince? Le facteur de notre village, amputé d’une main, portait un crochet, un énorme crochet en métal qui m’effrayait et me fascinait. Quand il fouillait dans sa sacoche pour en sortir notre courrier, cachée derrière ma mère, je ne le quittais pas des yeux. Dans la chanson, mieux qu’un crochet, une pince… encore mon imaginaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *